L'amour

Savez-vous ce que signifie aimer quelqu’un ?

Savez-vous ce que signifie aimer un arbre, un oiseau, ou un animal de compagnie, de sorte que vous vous en occupez, vous le nourrissez, vous le chérissez, bien qu’il ne vous donne peut-être rien en échange, qu’il ne vous offre pas son ombre, qu’il ne vous suive pas, qu’il ne dépende pas de vous ?

La plupart d’entre nous n’aiment pas de cette manière, nous ignorons tout de cette forme d’amour car notre amour est toujours assailli d’angoisse, de jalousie, de peur, ce qui sous-entend que nous dépendons intérieurement d’autrui, que nous voulons être aimés, que nous ne nous contentons pas d’aimer tout simplement :
nous demandons quelque chose en retour, et cette attente même nous rend dépendants.

La genèse d’un amour repose bien souvent sur un regard, une voix, une main qu’on effleure, un parfum qui enivre, un charisme qui impressionne, une surprenante luminosité qui éclaire soudain l’ombre de nos peurs, de nos incertitudes.
Rythmée par le concert tumultueux des coeurs, une étrange complicité s’exerce peu à peu, se nourrissant de leurs différences comme de leur singularité, et, dans ce temps où l’on s’apprend, terreau d’une communion propice, s’ébruite doucement la résonance des âmes.
L’amour est la douceur d’une torture qui envahit le coeur à le faire palpiter autant que la peur…

Il vaut mieux se faire aimer que se faire craindre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.