La Souffrance

Refuser l’amour par peur de souffrir; c’est comme refuser de vivre !

Pour répondre sur ta question, pourquoi j’ai peur ?

Mes yeux te cherchent, mon cœur t’espère depuis toujours.
Tu es mon amour, mon doux plaisir de la vie.
Ta voix me caresse, tes paroles me touchent, avec toi je goutte à l’ivresse de l’amour, à l’ivresse du désir, à l’ivresse de la vie.

J’ai tellement peur de te perdre, c’est horrible.
C’est une douleur, une angoisse constante, impossible de m’en débarrasser.
J’ai tellement peur de me réveiller un matin et de me rendre compte qu’aujourd’hui, je n’aurais plus le droit à ta présence.
Je suis devenue tellement attaché à toi.
Pars, quitte moi, abandonne-moi, laisse moi et je me tue.
Car tu es celui qui fais battre mon cœur, qui donne un sens à ma vie. Je n’imagine plus ma vie sans toi.
Je ne veux plus d’une vie sans toi. Je préfère autant mourir dans d’atroces souffrances que de te perdre, je suis persuadée que ça fait moins mal.
S’il te plait, je t’en conjure, aime moi jusqu’à la fin de ta vie, je t’en supplie. J’ai tellement besoin de toi.
Tu es devenue pire qu’une drogue pour moi. Je me demande même si ce n’est dangereux de t’aimer à ce point mais je n’y peux rien. Quand je te vois, j’ai juste l’impression de planer alors je suis obliger de t’aimer comme ça, à ce point.
Tu es mon monde, mon univers. Alors ne me quitte pas, ne me détruit pas.
Je t’en supplie, reste à mes côtés jusqu’à la fin, notre fin !

Si dieu me donne le pouvoir d’écrire sur les étoiles !
J’écrirais je t’aime sur chaque étoile, pour que quand tu regarderas le ciel, tu verras a quel point je t’aime.
Je t’aime parce que tu es ma lumière dans mon obscurité.
Tu es mon soleil, mon amour pour toi est comme le soleil qui se lève chaque jour sauf que le mien ne se couche jamais, il vit en moi pour l’éternité.

Crois-moi, mon amour, nous serons ensemble, tant que l’amour mous réunira !
ça sera pour l’infini, le jour comme la nuit , je serais dans tes bras.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.