la femme

La mort n’est rien !

Il a fallu 49 ans et la porte entre ouverte du ciel pour comprendre que je n’étais rien que mon cœur était très loin d’être pur.

Le message d’une femme à son mari :

La vie est vraiment une bataille, mais une bataille que nous devons mener avec toute rationalité, et ce n’est qu’un test de vie dans lequel l’un chérit ou est insulté, alors chacun de nous doit jouer son rôle très soigneusement parce que c’est juste un examen que chacun de nous joue son rôle pour compléter le rôle de l’autre, alors n’abandonne pas, mon amour pour cela. Toi et moi nous tenons ensemble, et nous nous aimons de plus en plus pour que nous puissions réaliser nos rêves avec cordialité et bonheur même dans l’autre monde.

J’ai parfois l’impression que vous voulez gâcher les cadeaux que la vie, Il nous incombe de donner du sens à nos vies pour être comblé dans l’infini.

Diminuer sa souffrance autour de la mort et d’accéder à la consolation pour tous. Diront qu’elle est même cachée, très rarement, certains, au moment du repenti.

Tout me rappelle que je ne suis rien. C’est en regardant le ciel que j’ai compris que je n’étais rien. C’est en te regardant que j’ai compris que tu étais tout.

Il dit en effet : tu ne passeras pas par chez moi, sinon je sortirai en armes à ta rencontre de cette réalité, car en réalité, je vous le dis tout homme dissolu, injuste ou lâche, finira toujours par payer l’addition. Que nous reste t il si nous perdons notre honneur !

Oui, sans doute dit il, il existe, au milieu de nous, un ennemi intérieur, cruel, sans pitié, impitoyable, acharné !
Oui, c’est cet ennemi qu’il faut combattre notre propre cupidité, notre propre égoïsme, notre vanité !

Ne faites jamais de mal, car les tourments sont infernaux. Prenez le temps de vous asseoir et de penser à votre propre réalité à votre histoire aux bonnes actions et aux mauvaises.

Le plus difficile dans sa vie et de savoir reconnaître nos propres erreurs de savoir dire pardon à nos ennemis et savoir pardonner.

Les gens vous feront du mal dites merci à leurs bêtises !

À tous ceux qui m’ont fait du mal, je vous pardonne !

Je me suis toujours dit pourquoi celui qui ne sait ni lire ni écrire ! Écrit ! maintenant, j’ai compris !

Mon dernier mot : merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.