L'homme

Il y a trop de fardeaux cachés sous ma peau pour les compter

Soit un homme,
On nous le dit tout le temps.
Mais au fond ça veut dire quoi ?
Qu’il faut être fort, qu’il faut savoir se sacrifier, qu’il faut gagner à tout prix ?
Peut-être que c’est plus simple que ça.
C’est peut-être savoir accepter ses faiblesses. Parfois être un homme, un vrai, c’est savoir mettre sa fierté de coté, reconnaître la défaite et simplement tout recommencer.

Les êtres humains sont drôles, n’est-ce pas ?
Parfois, tout cela devient trop lourd à porter pour moi. Mes jambes traînent jusqu’à ce que je jure qu’elles vont céder. Mais généralement, ils ne le font pas. Habituellement, je continue jusqu’à ce que je puisse trouver un endroit sûr pour me reposer. Mais mon repos commence à être moins reposant.
Et au fond de moi, je sais ce que cela veut dire. J’essaie de ne pas regarder trop longtemps par la fenêtre. J’essaie de ne pas m’imaginer en train de m’en sortir.
Mais comme je l’ai dit, tout devient si lourd.
Les êtres humains sont drôles, n’est-ce pas ?
Nous traversons la même histoire encore et encore.
Et à chaque fois on se jure qu’on ne s’en sortira pas. Chaque fois que nous disons que celui-ci est différent.
Même quand on est encore là pour en parler. Mais je comprends.
C’est bon !!,
je comprends.
Il y a une sorte de sécurité d’être en pagaille.
Alors nous trouvons refuge dans nos propres ténèbres. Nous trouvons de la joie dans la douleur.
Le confort dans l’inconfort.
Un peu comme quand vous vous faites une entorse à la cheville, et que tout à coup le monde s’empresse de vous prêter attention.
Et vous vous rendez compte du nombre de besoins non satisfaits que vous avez réellement. Et tu trouves fou que tu sois resté aussi longtemps sans les rencontrer.

Et maintenant je me sens comme un bébé, rampant sur mes mains et mes genoux.
Pleurer à chaque petite bosse sur la route.
Être surstimulé par chaque petite chose.
Et je déteste vivre comme ça.
Et si je suis vraiment honnête, je déteste vivre en général la plupart du temps.
La plupart du temps, je veux rentrer ma tête dans ma chemise et arrêter de respirer.
La plupart du temps, il se passe une quantité insupportable de choses dans mon monde. Plus que je ne peux en supporter.

Mais d’une manière ou d’une autre, je gère toujours tout.
Et ma solitude me ronge vivant dans tout ça.
Et il y a trop de fardeaux cachés sous ma peau pour les compter.

Alors je respire plus profondément !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.